Classes orchestres

Il y a maintenant 10 ans que les classes orchestres ont fait leur apparition…

Il y a maintenant 10 ans que les classes orchestres ont fait leur apparition. Sous l’impulsion de jean-claude DECALONNE, président de feeling musique, de la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale, les premières classes orchestre sont nées à Auvers/Oise et à Cergy.

Dans le but de développer les pratiques artistiques, de « favoriser l’insertion et la socialisation » des élèves et aussi à terme de vendre des instruments de musique, la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale par le biais de l’association DRAPOS et jean-claude DECALONNE proposent des classes orchestres aux écoles primaires et collèges.

En partenariat avec l’éducation nationale, les écoles de musiques, et donc les municipalités, ces orchestres sont encadrés par des enseignants spécialisés. Ces profs d’instruments dispensent des cours à de petits groupes et ont comme but d’apprendre à leurs élèves les morceaux d’orchestre.
A l’inverse du fonctionnement d’une école de musique, les élèves n’ont souvent pas le choix de leur instrument, mais ils ont tous choisi de participer à la classe orchestre. C’est donc le groupe qui est clairement mis en avant.

En tant que prof de trompette, j’ai participé à cette expérience au collège « les explorateurs ». Les cours se font donc en groupe, ce qui peu être déstabilisant pour qui n’est pas habitué. Les morceaux d’orchestre y sont logiquement abordés ainsi que les bases de la lecture.
Le professeur doit être multitâche ! Instrument, solfège, musique d’ensemble.

Je laisserai de coté les problèmes d’ordre « administratif » pour mettre l’accent sur les points positifs d’un projet qui a le mérite de secouer et d’interroger les acteurs de l’enseignement musical. Le bilan est plutôt positif tant pour les élèves que pour leurs professeurs des écoles et de musique.
Les classes sont plus soudées, du moins au début : les relations entre les élèves qui se côtoient plusieurs heures par jour sur plusieurs années passent immanquablement par des étapes plus difficiles.

Mais quelques réticences apparaissent : L’éducation nationale qui ne veut pas créer « d’école dans l’école » ne semble pas vouloir généraliser un tel projet. Les professeurs d’instrument voient parfois d’un mauvais œil ce qui pourrait changer leur façon d’enseigner (prise en charge de groupe, « délocalisation » dans les écoles primaires ou collèges).
Le site de la CSFI recense une centaine d’orchestres, ce qui est loin d’une généralisation. Pourtant, ce projet est certainement une des clés pour contrer la baisse générale des inscriptions en école de musique. Justement, si cette aventure est souvent au bénéfice élèves, y-a-t-il des retombées pour les écoles de musique ou autres orchestres ?

Blog de l’orchestre à l’école ICI

1 thought on “Classes orchestres

  1. Jc Decalonne says:

    Bonjour et bravo pour cette présentation que je découvre sans doute bien après sa création, puisque aujourd’hui, ce ne sont plus cent mais quatre cent cinquante OAE qui s’épanouissent en France. En fait, très peu au regard des 55.000 établissements dans lesquels il ne se passe pas grand chose, musicalement parlant.
    Bon souvenir et longue vie aux OAE

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *